0

La jícama

Au marché, j’ai fait gouter le jicama, un légume-racine très aimé par les mexicains, à quelques personnes. Écoutez leur réaction!🙂  Chronique/vox-pop présentée dans le cadre de l’émission Bien dans son assiette sur ICI Radio-Canada Première, le 29 septembre 2015.

0

El « burnout materno » o mamás agotadas de tratar de ser perfectas

« La buena madre » por Karl Gottlieb Lück

Todo el mundo lo sabe, las madres son tiernas, comprensivas y aguantadoras. 

Y si no, hay miles de textos que les explican muy bien cómo ser madres hoy en día. Textos sobre las mejores maneras de educar sin sofocar; de cómo amar sin ablandarse ante los caprichos; de cómo equilibrar trabajo y familia; de cómo combinar responsabilidad y juego en la vida de los chicos; de cómo alimentar equilibradamente. En fin, de cómo llegar a ser lo mejor de lo mejor cuando se es madre.

Lo que se dice poco es que ser madre es una de las actividades más difíciles del universo.

Lo difícil no son los hijos, es todo lo demás alrededor.

En general la vida con hijos es muy divertida, los niños son maravillosos y nos obligan, sin quererlo, a descubrir zonas de felicidad, cosas del mundo y facetas de uno mismo, que sin ellos alcanzaríamos rara vez.

El problema son las expectativas. Las madres sabemos lo que se espera de nosotros: paciencia, amor y resiliencia (aguante), y también más amor y más paciencia y más limpieza de vajilla y más almuerzos y más paciencia y más resiliencia y más platillos en el refri, y más paciencia y más amor y claro, también satisfacción personal, sexual y monetaria…

Así es, no hay vuelta de hoja.  Y por supuesto, como así es, no conozco a madres quejosas (aparte de mi por supuesto)…

Si las madres están cansadas, al borde de una crisis de nervios y tratando de no hablar de lo que no les gusta, no es porque hay mucho (o demasiado) que hacer, es porque algo están haciendo mal. Ya sea que no toman tiempo suficiente para ellas mismas o que no hacen suficiente pilates o yoga. O las dos.

A ese cansancio extremo  y al estrés relacionado con el simple hecho de ser madre se le define como « burnout materno ». Y aunque inaceptado, es común.

Violaine Guéritault, habla de este fenómeno en su libro “El cansancio emocional y físico de las madres” (La fatigue émotionnelle et physique des mères : Le burn-out maternel). 

La fatigue émotionnelle et physique des mères : Le burn-out maternel

La fatigue émotionnelle et physique des mères : Le burn-out maternel

En general, las madres hacen las cosas sin quejarse porque las madres son así.

De hecho, estoy segura que de entre las que lean este texto, pocas estarán de acuerdo con lo que escribo. Sé que pocas se sentirán sofocadas al punto de coincidir conmigo.

Aún así, tengo amigas y conozco muchas otras madres que quieren ser las mejores y no pueden.

Para todas ellas, lo siento, no tengo soluciones sólo una frase : « No están solas ».

Otros textos al respecto :

https://asociacionitaca.wordpress.com/ 

http://blogs.elpais.com/mamas-papas/2015/08/la-maternidad-me-supera.html 

 

0

« Attrape-moi » de Flip Fabrique, du cirque urbain qui fait sourire tout le monde

rci-flipfabrique

Les six acrobates de cette jeune troupe nous emmènent dans leur chalet d’enfance pour que l’on participe à une belle fête entre amis où les ballons géants, les trampo-murs et les hula-hoops sont à l’honneur.

Dès le début du spectacle, le public va d’une émotion à une autre; de la tendresse à l’éclat de rire en passant par la nervosité de voir tomber les artistes.

« Attrape-moi » est une belle rencontre avec Jérémie Arsenault, Jade Dussault, Bruno Gagnon, Christophe Hamel, Francis Julien, Hugo Ouellet Côté, des jeunes artistes dont l’énergie et l’amour du métier sont palpables.

Voici l’entrevue avec l’un des membres de Flip-Fabrique, Bruno Gagnon :

0

Zapatistes, 20 ans plus tard…

Crédit photo: EZLN

Crédit photo: EZLN

En 2014, l’Armée zapatiste de libération nationale n’a pas dit son dernier mot.

Vingt ans après le soulèvement du 1er janvier 1994 contre le capitalisme et particulièrement contre l’Accord de libre échange de l’Amérique du Nord, qui lui aussi célèbre son 20e anniversaire, les zapatistes sont loin de disparaître de la scène politique et médiatique du Mexique.

Ils sont tellement présents, qu’il existe aujourd’hui au Chiapas cinq régions autonomes zapatistes, des communautés auto-gouvernées appelées aussi Caracoles. Elles sont exclusivement gérées par les Juntas del Buen Gobierno, des instances indépendantes qui fonctionnent selon les valeurs de l’EZLN et gérent la justice, la santé et l’éducation de la population qui y vit.

L’EZLN continue d’être en 2014, une référence pour les organisations sociales au Mexique, mais aussi à l’étranger. Leur révolution a été la première à se servir de l’Internet pour attirer l’attention. Aujourd’hui cela peut paraître banal, mais à leur débuts, les zapatistes ont été des précurseurs d’une époque technologique en évolution.

Plus récemment, à l’hiver 2012-2013 l’EZLN a réussi à mobiliser de manière ordonnée et disciplinée, une base de 50 000 personnes. Ces partisans ont marché en silence et ils ont occupé les plazas centrales des 5 villes les plus importantes du Chiapas pendant quelques heures. Ils ont fait sentir leur présence, malgré leur silence absolu.

Crédit photo: Victor Camacho, La Jornada

Crédit photo: Victor Camacho, La Jornada

Toujours en 2013, l’EZLN a réussi à réunir deux mille autochtones originaires de toutes les régions du vaste territoire mexicain, ainsi que mille autres personnes intéressées, pour participer à La Escuelita Zapatista, la petite école zapatiste.  Durant cinq jours, les trois mille invités ont pu connaître toutes les initiatives d’auto-gouvernance développées par les zapatistes et en apprendre à leur sujet. Le fonctionnement de leurs écoles, hôpitaux et systèmes de justice propres à leurs traditions a été présenté au public pour la toute première fois.

Crédit photo: libcom.org

Crédit photo: libcom.org

En 2014, le mouvement zapatiste reste actuel puisqu’il base sa rébellion sur des besoins de changement évidents. En 2013, les chiffres officiels du gouvernement mexicain parlaient de 73% de pauvres dans l’état du Chiapas, berceau de l’EZLN.

Dans un communiqué récent, le très médiatisé sous-commandant Marcos a dit qu’à 20 ans de leur apparition sur la scène publique et malgré les réussites, les rêves et demandes des zapatistes restent les mêmes, que peu de choses ont changé pour les autochtones du Mexique. —

1

Kaveh Nabatian : Entre plonger dans l’inconnu et porter son t-shirt préféré

Kaveh Nabatian, cinéaste et musicien, a réalisé plusieurs court-métrages de fiction et  des documentaires qui, avec des touches de magie, de science-fiction et d’humour, abordent des sujets tels que l’immigration, l’homosexualité et l’amour. 

Dans cette entrevue, il parle de ses plus récents projets : « Dive » une science fiction sur tous ceux qui ne nous ressemblent en rien; et de tous les secrets de «Le T-Shirt » un objet fétiche de notre temps.

Voici l’entrevue:

La bande-annonce de « Dive » 

Le site web de « Le T-Shirt » : http://letshirt.tv/the_film

 

0

La revue Helios et la survivie à Montréal

La revue Helios a une longue histoire d’amour avec Montréal, sa littérature et sa diversité linguistique et culturelle.

Cette année, les créateurs ont lancé la dixième édition du magazine qui a pour  titre « Survivre, survive, sobrevivir » dans le cadre du festival d’art latino-américain montréalais, LatinArte.

Regardez cette entrevue réalisée récemment avec Omar Alexis Ramos, rédacteur en chef de Helios. Il parle de l’histoire, les valeurs et les batailles de cette revue qui est une survivante à Montréal.

Parmi les poètes et écrivains mis de l’avant dans ce numéro ont retrouve Hugh Hazelton, Yolanda Duque Vidal, Alejandro Saravia, Victor Zamudio, Matt Lipscome, entre autres. La page couverture on la doit à Dulce Pinzón.

Bon visionnement !

0

Table ronde sur les résidences de création à Mexico

QSM-FestivalPoesie

Cet été 2013, dans le cadre du Festival de la Poésie de Montréal dont l’invité d’honneur été le Mexique,  j’ai eu la plaisir d’animer la Table ronde sur les résidences de création à Mexico. Les artistes visuels Patrick Dionne et Miki Gingras, ainsi que le poète José Acquelin ont participé à cette rencontre. Francine Royer du Conseil des Arts et des Lettres du Québec a aussi été présente pour parler des treize années de collaboration artistique méxico-québécoise. 

Cette table-ronde a été organisé par la Maison de la Poésie de Montréal ;  l’enregistrement et la diffusion par Radio Spirale.

0

Un latino-québécois aux Oscars en 2014

Sélection officielle du Festival de Cannes en 2012 dans la catégorie «Un Certain Regard», le film La Playa D.C représentera la Colombie aux Oscars en 2014.  À Montréal, sa sortie en salle sera en novembre prochain. En attendant, cet été ce long-métrage a gagné le prix au meilleur film au Vancouver Latin American Film Festival et fait partie de la sélection officielle du Festival International Film Black Montréal cet automne.  L’entrevue avec son réalisateur, le montréalais Juan Andrés Arango:

 

La bande-annonce officielle (sous-titrée en français):